Quand le DIY s’attaque au recyclage du plastique

Automne 2019

Grâce aux connaissances et techniques partagées en “Open Source”, Mathilde Rulens s’est lancée dans la création d’objets à base de plastique recyclé. Depuis plus d’un an elle donne une deuxième vie aux bouchons en polyéthylène à l’aide d’une série de machines construites dans l’atelier de son père. Une solution DIY bien réelle contre la pollution du plastique. 


 

Automne 2019

Qu'est-ce qui t'a motivé à lancer Plastic Factory?

Ça m'a toujours heurté l'esprit de voir la quantité de plastique utilisé et gaspillé au quotidien. Quand j’ai terminé mes études de création d'intérieur et de design à St. Luc, j’ai pris conscience de notre manière de consommer et je me suis demandé comment je pouvais avoir un impact positif à travers mon métier.

Je me suis alors intéressée au projet Precious Plastique qui est une énorme communauté répartie un peu partout dans le monde et qui se partage des plans pour faire le recyclage du plastique soi-même. Avec les informations que j'y ai trouvées, je me suis rendue compte que j'avais la possibilité de construire ces machines moi-même.

A cette époque, je travaillais dans un magasin et les clients m'apportaient des bouchons de bouteille à recycler, j'avais donc toute la matière première qu'il me fallait pour tester et commencer à travailler directement. Ça fait déjà un an et je reçois près de 50 kilos de bouchons par mois.

Mon objectif est de créer une ligne d'objets conscients, de donner une deuxième vie au plastique recyclé en faisant des objets du quotidien qui soient utiles.

Comment se déroule le recyclage du plastique à la maison?

Il faut d’abord trier le plastique à la main, par type, car toutes les sortes de plastique ne peuvent pas être chauffées à la même température. Certains sont des plastiques alimentaires, c'est-à dire qu'on peut les mettre en bouche, d'autres non. Les bouchons de bouteilles avec lesquels je travaille sont généralement du type 2 et 5. Il faut ensuite les laver dans un bain d'eau savonneuse pour éviter de créer des malformations dans les objets à cause des petites saletés.

Après cette première étape, il faut broyer le plastique en petits morceaux. Avec l'aide de mon père, nous avons réussi à construire notre broyeuse avec presque toutes des pièces de récupération. Le moteur par exemple nous l'avons reçu d'un car-wash.

Cette machine nous a permis de démarrer le travail et de réduire le volume du plastique stocké. Nous avons ensuite construit l’injecteuse qui fonctionne comme une imprimante 3D. On insère les paillettes de plastique broyées qui vont ressortir en forme de fil par l’extrémité. La prochaine étape serait de créer un bras-moteur pour faciliter le travail, parce que pour le moment nous devons nous-mêmes bouger pour changer la direction du fil et ça demande beaucoup d'entraînement. 

Et la dernière machine dont nous nous servons pour travailler le plastique est une compresseuse faite elle aussi à partir d'un four de récupération. Celle-ci fonctionne avec un moule pour créer des objets en série.

De quel type de plastique te sers-tu pour travailler?

Il y a sept différents types de plastique, parmi les 7 il y en a 6 qui sont recyclables et le dernier peut contenir des traces toxiques donc il est préconisé de ne pas le faire fondre parce que ça pourrait être dangereux. Mais il y a des personnes qui l'utilisent pour faire des mosaïques par exemples. Nous avons la chance de récolter un maximum des types 5 et  2 qui sont des plastiques sûrs.

Et pourquoi les bouchons?

Les bouchons sont très pratiques, sont simples à récolter, se trient facilement et sont faciles à broyer. De plus, il en existe une palette assez riche de couleurs!

Nous avons fait un test avec des pailles en plastique en les mettant dans du béton. Elles amènent une touche de couleur mais aussi plus de solidité et d'isolation. Peut-être qu’à l’avenir, il sera courant de combiner le plastique au béton pour la construction de bâtiments.

Dans le futur, j'aimerais tisser des sacs plastiques, il y a moyen d’être très créatif. Mais tout d'abord c'est l'utilité qui nous intéresse. 

Peux-tu nous en dire plus sur la communauté Precious Plastic? 

Precious Plastic est un projet initié il y a une dizaine d’années par Dave Hakkens en Hollande autour du recyclage du plastique. Ce projet a pris énormément d'ampleur car les plans de construction des machines nécessaires à la transformation du plastique y sont partagées en Open Source. Il est possible de s'impliquer dans le projet en tant que constructeur de machine, comme activiste ou simplement en tant qu’intéressé. Leur plateforme facilite la rencontre de toute personne investie ou intéressée dans le recyclage du plastique. Ça veut dire qu’on peut retrouver des gens ayant des connaissances complémentaires pour le développement d’un projet de transformation du plastique. Il existe déjà une énorme communauté et ça motive à se lancer soi-même, chacun à son échelle. Dans mon cas, je voulais faire du design mais il est également possible de créer une campagne de recyclage et avoir le soutien de toute une communauté pour se lancer.

Automne 2019