L’artiste du mois: Valentine Laffitte

Le travail de VALENTINE LAFFITTE est un mélange de collage et de peinture avec un style qui se traduit bien par 'une bouffée d'air frais’. Lors de notre visite dans son atelier, elle nous a raconté comment le collage l'a aidée à déconstruire le dessin et à se lancer dans l’exploration des formes et des couleurs. Partant toujours de la réalité, elle se laisse emporter par les éléments qui émergent: personnages et animaux... nous amenant avec elle dans des espaces inattendus de son imaginaire.


Quel est ton processus de création?

Il y a une idée de départ, suffisamment définie pour savoir où aller mais j'aime bien que ça reste un peu vague, pour ne pas tout figer dès le début. Il y a mon matériel : des papiers colorés, mes ciseaux et peu de dessin. 

Et puis le collage qui est comme un jeu, il me permet de faire apparaître l'image au fur et à mesure.

C'est en manipulant les formes, les matières et les couleurs que je précise mon idée initiale pour aller vers l'image finale. 

Pour des commandes, c'est un peu plus cadré évidemment mais j'essaye de laisser un peu de place à des éléments imprévus.

 

Comment trouves-tu l'inspiration dans ton quotidien?

Partout et dans tout ce qui m'entoure. J'observe beaucoup, je collecte énormément d’images, je prends des notes de phrases ou bribes d'interview que j'entends à la radio quand je travaille. Je rassemble le plus de matière possible ! Je suis aussi très inspirée par le monde végétal et la nature : les formes et les couleurs, les détails me fascinent, ses désordres aussi. Cet univers est toujours très présent dans mon travail.

Quel est ton projet alternatif bruxellois coup de coeur?

Bruxelles fourmille de super initiatives et dans plein de domaines !

Il y a Phorme, c'est un projet mené par David Cluzeau. Il chine des objets uniques, et pourtant on retrouve ce lien, son intérêt pour la matière et les formes. Il engage très souvent de longues recherches sur l'histoire de ses pièces… c'est fascinant de l'entendre en parler, on a cet intérêt en commun pour les histoires. 

On retrouve ses pièces en ligne et chez Supermarket, un nouveau lieu consacré à la mode et au design durable à Ixelles (rue Franz Merjay, 156A).

Il y a Les pieds de biche, le projet porté par Diam Coly qui crée des objets et du mobilier en béton. J'aime beaucoup son travail de matière et de couleurs. Elle ouvre sa boutique dans les marolles, un nouvel espace où l'on pourra découvrir ses pièces ainsi que celles de ses créateurs coup de coeur. Ouverture le 23 Octobre ! (rue Blaes, 134)

Et puis KidZone Lab, c'est un projet que l'on a initié à trois avec Ivonne Gargano et Margaux Vaghi. C'est un laboratoire artistique pour enfant et adulte. On propose des ateliers pour enfants, des installations pour les touts-petits (dès 6 mois) pour lesquelles, on collabore avec Cécile Massou qui est scénographe. Pour que le projet se diversifie, on a envie de créer une communauté d'artistes qui auront envie de partager leur savoir-faire avec les enfants ou les adultes. Le projet continue d'évoluer, l'idée de laboratoire nous plaît bien car on a envie d’expérimenter ! 


 

Photos: Agustina Peluffo